• Couverture Prise et reprise : ce qui dans l'image gît et résiste
  • 4eme Prise et reprise : ce qui dans l'image gît et résiste

PRISE ET REPRISE : CE QUI DANS L'IMAGE GÎT ET RÉSISTE

Cet article est un extrait du livre suivant :
Lorsque Clio s'empare du documentaire (Volume II)


Date de publication : juin 2011
Version numérique* :
4 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Dans le prolongement de mes travaux antérieurs 1, je souhaiterais
approfondir les contours d'une "histoire des regards" en m'attachant aux
films tournés en 1944 dans les camps de Westerbork et de Terezin.
Il s'agira de porter attention à ce que Jean-Louis Comolli désigne
comme une "double rencontre" : rencontre première, "circonstancielle",
entre un référent et un processus d'enregistrement ; rencontre seconde, "non
moins circonstancielle", entre cette trace et le "regard qui se dit capable de
l'interpréter2".
Ces deux moments de la prise et de la reprise nous éclairent sur les
déplacements de sens, la mutation des horizons de lecture, les évolutions de
notre commerce avec les images.
À travers l'exemple des plans de Westerbork et Terezin, j'aimerais
montrer que l'image porte tout à la fois la trace irréductible du regard de
l'opérateur sur le réel enregistré et qu'elle recueille des éléments qui
échappent à ce premier regard. Cette déposition et cette résistance se
déploient dans le temps

     
  • ISBN : 978-2-296-55015-5 • juin 2011 • 8 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat