• Couverture Montage d'archives et transaction émotionnelle
  • 4eme Montage d'archives et transaction émotionnelle

MONTAGE D'ARCHIVES ET TRANSACTION ÉMOTIONNELLE

Cet article est un extrait du livre suivant :
Lorsque Clio s'empare du documentaire (Volume II)


Date de publication : juin 2011
Version numérique* :
4 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

"Au cinéma, l'art consiste à suggérer des émotions, et non à relater des
faits." Voilà ce qu'affirme Riciotto Canudo dans son ouvrage L'Usine aux
images, publié en 1927 1. En effet, le cinéma a toujours fait de l'histoire un
réservoir infini de fictions et d'émotions monnayables. Mais qu'advient-il
lorsque Clio s'empare du cinéma ? Et quel type d'émotion spécifique est
provoqué par la réutilisation d'images documentaires dans les montages
d'archives ? Cette interrogation peut paraître paradoxale car l'ambition
documentaire est a priori, justement, de documenter le spectateur à propos
d'une situation donnée (étude d'un groupe, d'un phénomène de société,
recherche scientifique, etc.), et non de fonctionner comme un catalyseur
d'émotions 2.
Un point de départ peut être suggéré par les films de Jean-Luc Godard,
Chris Marker ou Agnès Varda consacrés à l'engagement internationaliste
des années 1960-1970 : le souci de documenter s'accompagne, comme c'est
souvent le cas, d'une véritable stratégie rhétorique. Deux films en particulier
retiennent l'attention, Ici et ailleurs de Godard (1975) et Le fond de l'air est
rouge de Marker (1977

     
  • ISBN : 978-2-296-55015-5 • juin 2011 • 8 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat